En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus OK

logo Mairie Ramonville Saint-Agne

logo Mairie Ramonville Saint-Agne

Visuel générique pages

Maraîchage « made in » Ramonville

Publié le 26 décembre 2019 dans Economie

Le conseil municipal a confirmé le 3 octobre 2019 sa volonté de réintroduire une production maraîchère sur la commune en faisant appel au « Labo du 100e Singe », une structure de l’économie sociale et solidaire accompagnant les acteurs des territoires souhaitant notamment réintroduire une agriculture durable et régénératrice, au plus proche des citoyen·nes.

Maraîchage « made in » Ramonville

Réintroduire de la production maraîchère

L’accompagnement de la commune par le « Labo du 100e Singe » à la réintroduction de production maraîchère vise à répondre aux enjeux définis dans son 2e programme d’action de développement durable (action « Relancer la production alimentaire locale et la production maraîchère »).

L’objectif est de répondre à la forte demande des habitant·es en matière de production locale et saine, au besoin de pédagogie autour du « mieux manger » et à l’objectif de valorisation de plantes maraîchères anciennes inscrit dans le cadre de la démarche « Territoires engagés pour la nature » lancée par le ministère de la Transition écologique autour de la protection de la biodiversité à laquelle la commune a candidaté.

Le Labo du 100e Singe fera également bénéficier la collectivité d’un réseau large de partenaires et de compétences croisées. Son espace-test agricole va permettre un accompagnement personnalisé et évolutif des maraîchers porteurs de projet, permettant de garantir leur expérience avant l’implantation à long terme (lire ci-dessous).

Phasage du projet

Juil. à déc. 2019 : cadrage du projet
Janv. à mai 2020 : accompagnement à la concrétisation du projet d’installation
Juin 2020 à déc. 2021 : accompagnement de la commune et des candidat·es à l’installation


Le labo du 100e Singe

Interview d’Amandine Largeaud, co-fondatrice du « Labo du 100e Singe »

Var – Qu’est-ce que le « Labo du 100e Singe » ?
Nous mettons notre expérience de montage de projets d’expérimentation sociale, économique et agricole au service de l’accélération des projets de transition des territoires périurbains, aujourd’hui consacrés aux zones commerciales et résidentielles. Nous souhaitons faire revivre ces territoires en donnant les moyens à leurs habitant.es d’y travailler, notamment en réintroduisant des activités agricoles durables qui nourrissent les citoyen·es.

Sur la base des expérimentations sociales menées sur les deux dispositifs d’innovation sociale que nous avons impulsés (le tiers-lieu du 100e Singe et l’espace-test agricole départemental du 100e Singe), nous accompagnons à l’échelle nationale les collectivités territoriales et les groupes de citoyen·nes à créer durablement sur leur territoire des tiers-lieux en lien avec l’agriculture et des dispositifs agricoles qui réintroduisent des maraîchers bios. L’objectif est d’accélérer les projets des acteurs de terrain, et de redonner du sens au périurbain, en alliant identité urbaine et dynamique agricole.


Var – Pourquoi la commune a-t-elle fait appel à vous ?
La commune de Ramonville nous a demandé de l’accompagner dans son projet de réimplantation de maraîchers, en lien avec la dynamique citoyenne locale. Pour cela nous créons un processus en plusieurs étapes (cartographie des acteurs de territoire, moyens techniques, gouvernance, etc.) et mobilisons le test d’activité agricole afin de pérenniser l’installation de ces futurs agriculteurs périurbains.

Sachant qu’aujourd’hui 40 % des reprises ou création d’activités agricoles sont le fait de néo-agriculteurs (hors cadres familiaux) ne bénéficiant pas de transmission de terres ou de compétences par la famille, l’accompagnement proposé permet de sécuriser leur installation en limitant les investissements initiaux et en continuant de monter en compétences.

Dès leur sélection, et jusqu’à leur installation définitive (au bout de 3 ans maximum), il sera mis à leur disposition des moyens de production (terre, bâtiment, outils), un statut juridique et social (leur permettant de produire et de commercialiser), un accompagnement technique, entrepreneurial et commercial et un réseau de partenaires agricoles.

Plus d’infos