En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus OK

logo Mairie Ramonville Saint-Agne

logo Mairie Ramonville Saint-Agne

Visuel générique pages

ARCHIVES

Comité de jumelage

Publié le 30 novembre -0001

Ordre du jour : bilans d’activité et financier, présentation des projets et notamment de la préparation du 25e anniversaire avec la ville de Zuera, du 20 au 22 mai 2016, questions diverses et appel à candidatures. Un repas clôturera l’assemblée générale. Les familles qui souhaitent héberger du 20 au 22 mai 2016 des amis de Zuera peuvent se faire connaître et contacter


Contacts
Mme Gobert au 05 62 17 04 73
M. Barrat au 05 61 75 91 00
Mme Benne au 09 62 55 55 03

Coovia, le covoiturage au quotidien

Publié le 30 novembre -0001

LE PRINCIPE ?


Les conducteurs proposent leur trajet (date, heure, points de départ et d’arrivée, places disponibles) qui devient une ligne de covoiturage, à l’instar d’une ligne de bus. De leur côté, les passagers rentrent des informations identiques sur le parcours souhaité. Le site croise les données et leur fait des propositions couplant les offres de covoiturage à celles des transports en commun.
L’usager valide son trajet, paie en ligne (de 1,50 € à 3 €, en fonction de la distance) ; 10 % de la somme est reversée à Coovia, le reste revient au conducteur. Et le tour est joué.
Forte de ses 4 500 utilisateurs et 2 000 trajets par jour, la startup espère, avec cette plateforme sicovalienne, accroître son développement et créer une nouvelle communauté d’usagers. L’intérêt pour eux est d’économiser du temps et de l’argent sur leurs trajets quotidiens et d’agir pour l’environnement en retirant des voitures de la circulation. Pour le Sicoval, l’enjeu est d’optimiser le maillage du territoire et de diminuer les embouteillages.
Le Sicoval teste cette plateforme cette année, dans le cadre de Territoire d’expérimentation, un dispositif destiné à permettre à des entreprises innovantes d’expérimenter leurs solutions auprès de la collectivité. Si l’expérience est concluante, le service sera pérennisé.
Contact : https://sicoval.coovia.fr

FabLab : réalisez vos idées !

Publié le 30 novembre -0001

Un FabLab (contraction de l’anglais « fabrication laboratory » signifiant « laboratoire de fabrication ») est un atelier de fabrication communautaire de l’ère numérique. Un lieu ouvert au public où il est mis à sa disposition toutes sortes d’outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur (imprimante 3D, découpe laser, fraiseuse de précision, etc.) pour la conception et la réalisation d’objets décoratifs ou de remplacement, des prothèses, des outils, etc.

Do it yourself, do it with others

« Faites-le vous-même, faites-le avec les autres  » : constituant un espace de rencontre et de création collaborative, les FabLabs sont avant tout une expérience collective basée sur le partage de connaissances à l’échelle locale ou planétaire : un objet peut être conçu dans un FabLab, fabriqué dans un autre… et amélioré dans un troisième.

Ils s’adressent aux entrepreneurs, aux artistes, aux bricoleurs, aux étudiants ou aux hackers en tout genre, qui souhaitent passer rapidement de la phase de concept à la phase de prototypage et fabriquer toutes sortes d’objets. Ils permettent en outre de réparer des objets cassés ou de les améliorer : recoudre un vêtement, fabriquer une pièce cassée qui n’est plus disponible en service après-vente, etc. Et ce, en mettant à leur disposition le savoir, les procédés et la technologie nécessaires.

Les FabLabs valorisent en effet, l’apprentissage par la pratique. Apprendre, mais surtout le faire ensemble. Le principe est de ne pas déléguer la réalisation de votre projet à un utilisateur plus aguerri, mais d’acquérir les compétences grâce aux membres de la communauté.

Un FabLab à Ramonville

Le conseil départemental de la Haute-Garonne, la municipalité de Ramonville et l’association Planète Sciences Midi-Pyrénées se sont associés dans un projet d’ouverture d’un FabLab en septembre 2017.

Ce projet est né de la volonté de créer un lieu d’échanges d’idées et de réalisations techniques dont la seule limite est l’imagination des intervenants. Un lieu ouvert à tout public - citoyens, scolaires, entreprises, centres de loisirs, collectivités, etc. - où les compétences des uns renforcent le savoir-faire des autres dans un environnement de machines de pointe.

Le rôle de ce lieu est avant tout de participer à l’éducation populaire et de faire découvrir aux citoyens, enfants comme adultes, les techniques de conception assistée par ordinateur ainsi que le prototypage rapide par imprimantes 3D notamment. Il sera accessible aux citoyens et ouvert aux entreprises souhaitant découvrir ces technologies.

Le FabLab sera hébergé dans les locaux de CEEI Théogone, incubateur et pépinière d’entreprises innovantes du Conseil départemental de la Haute-Garonne, sur le parc technologique du Canal. Le fonctionnement, l’organisation, les modalités pratiques feront l’objet d’un prochain article lors de la présentation du lieu.


Quel nom pour le FabLab ?

Avant le lancement grandeur nature de ce projet, nous faisons appel à votre imagination pour trouver un nom à ce FabLab.

Faites vos suggestions en nous écrivant, avant le 10 mars 2016.


Le saviez-vous ?

Le concept de FabLab a été créé par Neil Gershenfeld, professeur de physique au Massachusetts Institute of Technology (MIT), à la fin des années 1990. Il proposait un cours de prototypage rapide intitulé « comment fabriquer (à peu près) n’importe quoi », grâce à un ensemble de machines industrielles dernier-cri… l’engouement des étudiants fut immédiat !

En France, la première initiative est lancée en 2009 à Toulouse par Artilect FabLab.

En 2015, 200 Fablabs seraient actifs en France et près de 3 000 dans le monde, reliés en un réseau répondant à une même charte.

Des jeux qui ne manquent pas d’aires

Publié le 30 novembre -0001

La ville met à disposition une centaine de jeux repartît sur le territoire communal. Implantés sur le domaine public, ils sont également présents dans les crèches ainsi que dans les cours d’écoles pour que, dans le temps périscolaire, les enfants puissent bénéficier d’activités ludiques.

Composés de jeux à ressorts, cabanes, portiques, tours-toboggans, balançoires, filets à grimper, ces équipements collectifs sont des sources d’épanouissement pour les enfants, qui se créent un monde de fantaisie où ils se retrouvent tout en découvrant leurs possibilités en osant plus, en se surpassant même, sans courir de danger. Et c’est bien parce que les plus petits ont besoin de dépenser leur trop-plein d’énergie dans les meilleures conditions que la ville met en place, renouvelle et entretient les 16 aires de jeux de plein air qui leur sont réservés.

Mais ce sont aussi des lieux à risques. S’il est impossible d’éviter tous les risques, beaucoup peuvent l’être néanmoins, à condition que chacun soit bien conscient de ses responsabilités et les assume pleinement. Pour assurer la sécurité de ses enfants, la commune procède régulièrement à l’entretien de ces jeux par une entreprise spécialisée complété par le passage d’un bureau de contrôle agréé et indépendant.

Des puces dans les jeux !

Pour que le contrôle de la sécurité des jeux soit encore plus efficace, la ville s’est dotée d’un système informatique performant : chaque jeu est muni d’une puce électronique où sont stockées toutes les informations utiles le concernant. Une sorte de « carte vitale » pour toboggans et autres balançoires. Avec un budget de 12 000 € chaque année, le volet « aires de jeux pour enfants » donne la priorité à la sécurité. En terme d’hygiène, les services de nettoyage passent tous les deux ou trois jours sur chacun des sites. Contre les déjections canines, la ville a mis en place des bornes distributrices de sacs dédiés.

Un plan de rénovation ambitieux pour 2016

L’installation des premières aires de jeux date de 1995 et la dernière de 2015 dans le cadre de l’ouverture du nouveau groupe scolaire (maternelle J.-Jaurès) avec en moyenne une nouvelle aire créée tous les ans. L’année 2016 sera totalement consacrée à leur rénovation avec une première tranche de 40 000 € en direction des écoles et une seconde de 60 000 € dédiée aux aires des espaces publics.

Cette action s’inscrit également dans une optique de développement durable puisque la plus grande partie des jeux sera démontée, examinée, rénovée et remise en place, afin de prolonger leur durée de vie tout en permettant aux enfants de continuer de rêver, de se dépasser, de chuter ou de se cogner sans danger. En somme… de grandir.


Le chiffre du mois
100 000 €
seront investis dans les aires de jeux en 2016

Ramonville connectée au très haut débit

Publié le 30 novembre -0001

Le 28 janvier dernier, la mairie de Ramonville et SFR (opérateur en charge du déploiement sur la ville) ont officiellement lancé le réseau fibre optique sur la commune.

En juin 2016, 2 000 foyers seront déjà connectés. Le déploiement sur l’ensemble de la commune s’achèvera en 2018.

Une charte pour défendre les valeurs du vivre ensemble

Publié le 30 novembre -0001

Les événements tragiques de l’année 2015 confirment la nécessité affirmée par la commune de remettre le principe de laïcité au centre de nos valeurs républicaines.


Dans son discours des vœux 2016, Christophe Lubac, maire de Ramonville, a souligné l’importance de consolider le vivre ensemble, de favoriser l’intérêt général et de défendre la laïcité. _ L’élaboration d’une charte de la Laïcité a pour but d’« expliciter le sens et les enjeux du principe de laïcité, son lien avec les valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité, dans la République et dans notre commune ».
Elle doit fixer les règles du vivre ensemble dans la cité, dans le respect de tous et de chacun.
Ses principes doivent « se fonder sur la tolérance, socle de l’acceptation de l’autre et ciment de la fraternité, pour permettre à chaque citoyen d’occuper sa place dans la cité ».
La publication de la charte est prévue pour le mois de juin, avec une cérémonie autour de la plantation d’un arbre de la laïcité.


Appel à contribution
Sur ces bases, la municipalité lance un appel à contribution : citoyens, conseils de quartier, associations, etc. sont invités à prendre part à son élaboration et à l’enrichir.
Pour participer, envoyez vos propositions par courriel au service communication.

Télévision Numérique Terrestre "TNT"

Publié le 30 novembre -0001

La plupart des foyers reçoit les 6 chaînes de télévision par l'antenne râteau installée sur le toit. Ces chaînes sont diffusées par le réseau hertzien dit analogique. La TNT est un nouveau mode de transmission des chaînes qui utilise ce même réseau terrestre, mais cette fois-ci dit numérique.


 Les avantages de cette évolution :

  • Une meilleure qualité de l'image
  • Un accès pour l'ensemble des foyers
  • La diffusion de 18 chaînes
  • De nouvelles fréquences pour répondre aux besoins en très haut débit mobile (4G)


Actuellement, il est également possible de recevoir tout ou partie des 18 chaînes de la TNT par d'autres moyens :

  • La télé par ADSL
  • Le câble
  • Le satellite


Consultez le courrier d'information sur le passage à la TNT

Alertes SMS coupure d’eau, crèches, PiJ

Publié le 30 novembre -0001

En cours de développement, le service “Alerte SMS” vous permettra prochainement de recevoir des informations pratiques dans différentes thématiques (petite enfance, coupures d’eau, travaux de voirie, etc.) directement sur votre téléphone.

Découvrez les structures (ou services) déjà disponibles et inscrivez-vous aux listes de votre choix

Le Périscope,  un cluster de l’économie sociale et solidaire

Publié le 30 novembre -0001

Initié, acquis et aménagé par le Sicoval, avec le soutien de la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, le Périscope est un pôle territorial de coopération économique (PTCE – lire ci-dessous), l’un des premiers parmi la centaine dénombrée actuellement en France. Il a pour vocation de consolider et de créer des activités économiques responsables et solidaires pour développer des emplois durables, mais aussi faire émerger et générer des innovations sociales.

Implanté au cœur du parc technologique du Canal à Ramonville depuis novembre 2015, le Périscope compte déjà 37 adhérents à l’échelle régionale, métropolitaine et locale, représentant 310 salariés à temps plein, pour un chiffre d’affaires de plus de 20 millions d’euros. Le bâtiment de 1 200 m2 accueille une douzaine de structures de l’ESS, lesquelles hébergent 25 salariés permanents. L’objectif de ce lieu est de consolider ces organismes et de leur permettre de se renforcer économiquement grâce aux actions de coopération. Le Périscope propose également des espaces mutualisés (accueil, cuisine, salle de repas, locaux techniques) et des bureaux et espaces de co-working (travail partagé).


Le chiffre du mois 16,6%

L’ESS représente 16,6 % des emplois régionaux, progresse de 4 % par an et a créé cinq fois plus d’emplois que l’économie classique en dix ans.


Pôle territorial de coopération économique (PTCE)

Un PTCE est constitué par le regroupement sur un même territoire d’entreprises de l’économie sociale et solidaire qui s’associent à des entreprises, des collectivités territoriales, des acteurs de la recherche et de la formation. Il a pour vocation de favoriser l’essor de projets économiques et sociaux innovants et porteurs d’un développement local durable, par une stratégie de coopération et de mutualisation.

25 ans du Jumelage avec la ville de Zuera

Publié le 30 novembre -0001

Cette manifestation a pour but de promouvoir les échanges entre les deux communes et d’y associer de nouveaux Ramonvillois.


Du 2 au 20 mai 2016
Salle du conseil de la mairie
Exposition de posters sur les échanges avec nos « Amis de Zuera »
Vendredi 20 mai 2016
Mairie à partir de 18 h 30
Arrivée de nos invités de Zuera Pot de bienvenue offert par la municipalité Concert du quatuor de sax SoAlTeBa par l’école de Musique municipale Accueil dans les familles ramonvilloises.
Samedi 21 mai 2016
Salle des Fêtes – Place du Canal
À partir de 16 h
Ouverture des festivités avec la participation d’associations culturelles des deux villes et l’appui de leurs municipalités.

  • 17 h Concert de l’orchestre Junior & l’orchestre À Cordes de l’école de Musique municipale
  • 19 h Concert de RamJazz par l’école de Musique municipale


Aux origines du jumelage
C’est en 1989, la municipalité a souhaité étendre le jumelage engagé dans les années 70 avec la ville allemande de Karben, à une ville d’Espagne. Après avoir établi un cahier des charges avec les associations culturelles et sportives, les groupes scolaires et les acteurs économiques de Ramonville, un profil s’est dégagé : celle-ci devait être de taille similaire, située à 400 km maximum, près d’une grande agglomération et disposer d’équipements culturels et sportifs équivalents, d’établissements scolaires prêts à participer à des échanges et éventuellement d’une zone de développement économique.
Dès l’automne 1989, à la suite d’un premier repérage réalisé par des étudiants, la municipalité a organisé une rencontre avec le président de la province de Huesca, M. Iglesias alors en visite à Toulouse avec le maire de Zuera, M. Puyuelo, en présence de la présidente du comité de jumelage. Après un échange de délégations entre Zuera et Ramonville au printemps 1990, la charte de jumelage a été signée en avril 1991.
Depuis, les familles des deux communes ont chaque année le même plaisir à se retrouver.

Le Fablab de Ramonville s’appellera Le F@b Riquet

Publié le 30 novembre -0001

Nommer ce futur espace de rencontre et de création collaborative, c’est un bon début pour se l’approprier… Mais pour aller plus loin et mieux l’accueillir encore, la municipalité s’associe à Planète Sciences et au conseil départemental 31, pour faire découvrir à chacune et chacun d’entre vous le secret de la réussite du FabLab : une réappropriation collective du « faire soi-même ».
Du 21 mai au 4 juin prochain, vous êtes invité-e-s à vous rendre au centre culturel de Ramonville pour parcourir l’exposition interactive « Do it yourself » conçue par Science Animation, le centre de culture scientifique technique et industrielle (CCSTI) de Midi-Pyrénées avant de découvrir en juin prochain une exposition sur le Fablab.

Expo do it yourself (DIY)
Du 21 mai au 4 juin - Centre culturel

D’un côté il existe des freins qui empêchent de fabriquer soi-même, de l’autre des communautés se mobilisent et créent des espaces ouverts pour partager savoir-faire et projets.
Faire entrer en dialogue curieux et familiers du Do It Yourself (DIY), montrer que le geste technique peut être à portée de tous, créer l’émulation autour d’une pratique émergente et porteuse d’innovation : voici quelques-uns des enjeux de cette exposition.
Sous la forme d’un module circulaire, elle est composée de panneaux explicatifs à la fois riches et décalés, de diverses machines-outils commandées par ordinateur telles qu’une imprimante 3D, et de plusieurs exemples de réalisations à caractère scientifique ou ludique.
Animations et manipulation de machines les après-midi des samedi 21 mai, mercredi 25 mai, samedi 28 mai et mercredi 1er juin

Expo FabLab, Faites-le vous même !
Du 13 au 20 juin - Mairie, salle du conseil

Une expo sur le fonctionnement et la philosophie du FabLab.

Festiv'été Ramonville 2016

Publié le 30 novembre -0001

Télécharger le dossier Festiv'été Ramonville 2016 du Var de juin 2016 : Rencontrez votre voisine/voisin dans un repas ou une randonnée de quartier, invitez-la/le à danser au Bal du Dimanche ou pour un tango endiablé, fêtez la musique sur l’un des deux ports puis les 20 ans du festival Convivencia sur le canal du Midi. Courrez à la fête du Sport, participez à l’aventure multimédia avant d’aller découvrir les secrets d’un fablab. Et pour finir en beauté offrez-vous une toile ou un feu d’artifice… sous les étoiles !


ATTENTION !
En raison de la météo, la fête de la Musique et le repas de quartier de Port Sud auront lieu à la ferme de Cinquante.


Exposition FabLab, faites-le vous-même

Publié le 30 novembre -0001

C’est quoi un FabLab ? | Qu’est-ce qu’on fait dans un FabLab ? | Comment je fais si je n’ai pas d’idée ? | Des machines numériques pour produire | Qui peut venir au FabLab ? | Un lieu pour innover | Le réseau des FabLabs | De nouveaux modèles économiques | Est-ce qu’on est seul dans un FabLab ? | Ça ne s’adresse qu’aux initiés un FabLab ?

Avec des exemples de réalisation d’objets de nature très diverses, cette exposition permet de comprendre le concept de FabLab et donne l’envie de s’y rendre.

Halte à la chenille processionnaire du pin

Publié le 30 novembre -0001

Méthode de lutte complémentaire, le piège à phéromones contribue à réguler la ponte des adultes papillons de la processionnaire des pins, en limitant sa reproduction. Le nombre de chenilles à venir est ainsi fortement limité. Le traitement biologique spécifique à ce papillon présente l’avantage de ne pas nuire aux autres animaux.


Les pièges sont à installer de fin mai à fin septembre.


Ce dispositif vient en complément d’autres méthodes qui s’effectuent en hiver :

  • l’éco-piège permet de piéger les chenilles qui descendent en procession dans un sac ;
  • le nichoir favorise la prédation naturelle. Ces dispositifs sont disponibles auprès de la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles des cultures (Fredon).


Contact
Fredon Midi-Pyrénées
3 rue Ariane, Parc technologique du canal, Bât B - Ramonville
Tél. 05 62 19 22 30
Site internet : www.fredon.fr

Journée portes ouvertes à la nouvelle école de Musique

Publié le 30 novembre -0001

La nouvelle école de Musique municipale du château de Soule (Av. de Suisse) est prête à accueillir les élèves à la rentrée prochaine.

Située dans une dépendance de 600 m2 et réhabilitée de manière contemporaine, elle regroupera en un lieu unique l’apprentissage de toutes les formes de pratiques musicales.

Afin de faire découvrir ce nouvel équipement culturel aux (actuels et futurs) élèves et parents d’élèves, l’école de Musique organise un « parcours musical » dans ses murs.


Inscription pour la rentrée 2016/2017


Élèves inscrits en 2015/2016
Les élèves recevront par courrier un dossier de réinscription mi-juin à retourner dûment complété à l’école de Musique avant le 4 juillet 2016.

Nouvelles inscriptions
Les nouveaux élèves pourront s’inscrire entre 17 h 30 et 19 h au Château de Soule :

  • lundi 5 septembre : guitare, piano, orgue, chorale ;
  • mardi 6 septembre : autres instruments.

Permanences d’informations sur la rentrée en présence des professeurs :
mercredi 31 août de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h jeudi 1er septembre de 14 h à 18 h.

Contact Nouvelle école de Musique (à partir de la mi-juillet)
Tél. : 05 34 40 02 03

Une nouvelle identité visuelle pour Ramonville

Publié le 30 novembre -0001

Le logo de la ville rafraîchi
Après 21 ans de bons et loyaux services, le logo de la ville était devenu obsolète et ne répondait plus à la dynamique de la ville. Simple et moderne, le nouveau logo traduit et accompagne l’évolution et le dynamisme de la commune.
La typographie arrondie invite à plus de douceur et rappelle le bien vivre ensemble. Le visuel iconographique se place dans la continuité du crayonné de l’ancien logo évoquant les trois grands quartiers de la commune, La Plaine, Les Coteaux et Le Canal. Les trois couleurs ont également été remises au goût du jour, permettant ainsi d’améliorer la lisibilité du logo sur les différents supports.
Ce nouveau logo s’accompagne d’une véritable charte graphique qui donne désormais de la cohérence et de l’homogénéité à l’ensemble des supports de communication de la ville.

Vers un format plus dynamique du Var
Magazine mensuel, le Var change de format, plus petit et plus facile à glisser dans son sac, le Var s’invite partout. De 20 à 24 pages, le journal municipal s’adapte à l’activité locale, présente les grands projets urbains, les acteurs locaux et les informations pratiques.
Il se dote désormais d’un agenda global des manifestations où les habitants pourront trouver des idées de sorties et où les adhérents des différentes associations Ramonvilloises pourront retrouver les activités phares de leurs associations.
Divers contenus viendront ponctuer le magazine de temps à autre comme des portraits, des infographies, des questions à, etc.

L’entretien des cimetières : un cas sensible

Publié le 30 novembre -0001


La commune possède deux cimetières, celui du Pigeonnier situé avenue de Suisses et l’autre dit ‘’ancien cimetière ‘’ rue de l’Église, représentant une superficie globale de 37000 m². Faire cohabiter les enjeux environnementaux et les désirs légitimes des familles, tels sont les objectifs que nous nous sommes fixés.
L’interdiction relative à l’utilisation des pesticides sur le domaine public a pour objectif de protéger la qualité de l’eau, la santé des applicateurs comme des usagers et l’environnement. Les services techniques municipaux, engagés dans la démarche « Zéro phyto » depuis plus d’un an, testent des alternatives aux herbicides pour entretenir les allées des cimetières et les inter-tombes.
Si maintenir ces espaces dans un état de propreté est réaliste, éviter l’apparition d’herbes indésirables sans l’utilisation d’herbicides chimiques s’avère complexe.

Quelles alternatives ?
Afin de garantir un entretien à la hauteur des exigences des usagers, la gestion des cimetières est appelée à évoluer. De nombreux concepts de « cimetières alternatifs » se développent, donnant lieu à des interprétations variées : « éco cimetières », « cimetières boisés », « cimetières paysagers » ou encore « cimetières jardins ». Chaque terme peut se référer à un environnement différent mais l’objectif demeure le même : faire de ces lieux de mémoire des espaces de recueillement où le visiteur se sent relié à la nature.

Les pistes de travail
Compte tenu de leur environnement, les deux cimetières de la commune devront être traités de manière différenciée.

  • Le vieux cimetière, construit à flanc de coteaux, n’accueillera plus de nouvelles sépultures. Les allées situées sur la partie haute ont été stabilisées en enrobé. Les parties non traitées ont un dénivelé supérieur à 20 % et pose réflexion en termes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite (PMR) et de gestion des eaux pluviales. L’enherbement des allées permettrait de simplifier l’entretien par une simple tonte et de réduire les zones minéralisées du cimetière tout en améliorant les conditions d’infiltration de l’eau et en évitant les risques d’érosion. La technique consiste à semer ou à laisser pousser une ou plusieurs espèces floristiques en remplacement d’un sol en stabilisé ou imperméabilisé. Cette alternative comportant de nombreux avantages, sera testée dans les mois qui viennent.
  • Le cimetière du Pigeonnier, créé dans les années 70, a été agrandi en 2002 et équipé d’un columbarium en 2004. Pour des raisons pratiques, les allées sont stabilisées en enrobé au fur et à mesure de leur occupation par les concessions. Cette année verra la réalisation d’au moins deux allées dans la continuité des réalisations précédentes. Toutefois, là aussi la question du désherbage est prégnante et la technique de l’enherbement en attendant la stabilisation progressive des allées sera également testée.

Faciliter la vie des citoyens

Publié le 30 novembre -0001

Dans sa démarche de modernisation, la municipalité met en place trois nouveaux dispositifs au service des Ramonvilloises et Ramonvillois : un guichet unique renforcé pour recentrer les demandes en un seul lieu, un espace Famille en ligne pour effectuer des démarches 24h/24 et un espace Citoyen pour faciliter les demandes administratives.
Ces services sont effectifs depuis le 17 octobre 2016.


L'application mobile sera disponible dans les prochains jours.


 Lire la suite du dossier du Var de septembre 2016


 Lire le flyer distribué aux familles

ATTENTION
À compter du 8 novembre 2016, le guichet unique ouvrira ses portes à 10h le mardi.

Zuera - Ramonville : une amitié de longue date

Publié le 30 novembre -0001

À cette occasion, élus et comité de jumelage des deux villes ont mis sur pied un programme d’actions pour les années à venir.

Le déplacement de 11 jeunes collégiens de Ramonville à Zuera du 18 au 24 juillet dernier a permis de poser la première pierre de ce nouveau programme. Les activités de ces jeunes se sont articulées autour du sport, du tourisme et, pour joindre l’utile à l’agréable, de la pratique de l’espagnol, sous l’oeil attentif de Mme Gonzalez, professeur d’espagnol. La mairie a participé au financement de cette action, tout comme le comité de jumelage et les parents des jeunes concernés.

Le 24 août dernier, Christophe Lubac s’est à son tour rendu à Zuera sur invitation de son homologue, José Luis Zubieta. Les clés de la ville lui ont été remises pour ouvrir les festivités en l’honneur de San Licer, le Saint Patron de la commune.

Au tournant de sa 25e année de jumelage, notre partenariat avec Zuera reste toujours aussi dynamique qu’à ses débuts. /

Agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP)

Publié le 30 novembre -0001

Télécharger le dépliant de l'Agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP)

Le dispositif de l'Agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP), mis en place par l’État, a pour objectif de rendre accessible à tous, et notamment aux personnes en situation de handicap quel qu’il soit, tout établissement recevant du public (loi du 11 février 2005).

Les membres de la commission Accessibilité de la mairie sont allés à la rencontre des dirigeants et commerçants en juillet pour les informer sur les modalités et les aides possibles et les sensibiliser sur cette question particulièrement importante dans notre ville.

La marche douce !

Publié le 30 novembre -0001

C’est dans un esprit de convivialité que le conseil des Seniors en partenariat avec Jos Baudracco, coordinateur du projet, propose aux Ramonvilloises et aux Ramonvillois de se rassembler pour profiter des bienfaits physiques et moraux de la marche.

Ces marches de 3 à 5 km, sont l’occasion de redécouvrir la ville au rythme d’un groupe, de permettre à celles et ceux qui sortent peu de découvrir ensemble leur commune, mais aussi de se faire conter quelques anecdotes historiques. Renseignements et inscriptions


Tous les lundis matins des semaines paires de 9 h 30 à 11 h 30.


Point de rendez-vous à 9 h 15, place Jean-Jaurès.
Contact :
Place Jean-Jaurès
Inscriptions : 06 88 30 36 21

Événement - Festival de rue de Ramonville

Publié le 30 novembre -0001

Depuis 1988, l'association Arto en partenariat avec la commune organisent un festival autour des arts de la rue.


Depuis 28 ans le festival ouvre les lieux publics aux créations « hors les murs » et introduit dans la ville des paroles d'artistes nourris de l'imaginaire urbain.
Depuis 2013, l'association propose une saison itinérante de mai à novembre et propose des créations artistiques sur des places publiques au plus près du public.
L’association Arto soutient également des initiatives dans le domaine du théâtre amateur, notamment autour du répertoire contemporain, afin de favoriser des passerelles avec le monde professionnel.

Pour en savoir plus

Canal du Midi - Histoire

Publié le 30 novembre -0001

Aujourd’hui, le canal du Midi fait désormais partie du patrimoine écologique et historique du département et sert aux vacanciers en péniche qui découvrent à un rythme tranquille les richesses du pays.

Le Canal du Midi, Patrimoine Mondial de l’Humanité
Le 5 décembre 1996, l’Unesco inscrit le canal du Midi au patrimoine mondial de l’humanité (22e site en France).
À vélo le long du Canal : 40 km de pistes cyclables permettent de longer l’œuvre de Pierre-Paul Riquet, de Toulouse à Port Lauragais (limite départementale avec l’Aude) en passant par Ramonville ; depuis la construction en 1991 de cette piste large de 3 mètres permettant une circulation à double sens, quelque 10 000 cyclistes empruntent chaque année cette ancienne voie de halage.

Les dates-clé
15 septembre 1662 :
Pierre-Paul Riquet soumet à Colbert son projet de construction du Canal Royal des Deux Mers.
5 octobre 1666 :
l’Édit de Saint-Germain-en Laye ordonne la jonction des mers Océan et Méditerranée par un canal de communication.
14 octobre 1666 :
le Conseil d’État accorde à Riquet la mise en œuvre des ouvrages de la première partie du Canal, de Toulouse à Trèbes, près de Carcassonne.
1er janvier 1667 :
début des travaux.
13 avril 1667 :
pose de la première pierre du bassin de Saint-Ferréol.
17 novembre 1667 :
pose de la première pierre de l’écluse de l’embouchure de la Garonne.
Mai 1668 :
premiers essais de navigation sur la Rigole de la Plaine.
23 janvier 1669 :
la construction de la seconde partie du canal, de Trèbes à l’étang de Thau, est adjugée à Riquet.
1er octobre 1680 :
mort de Riquet. Il ne reste qu’une lieue à creuser.
15 mai 1681 :
première inspection générale et mise en eau du Canal.
17 décembre 1828 :
la compagnie Magendie-Doin à dresser les projets d’un "Canal Latéral à la Garonne".
1828 :
La compagnie Magendie-Doin propose la construction d’un Canal latéral à la Garonne.
1838 :
début de la construction du Canal Latéral à la Garonne.
1844 :
ouverture à la navigation du tronçon Toulouse - Montauban.
1856 :
fin de la construction du Canal Latéral à la Garonne. La même année, trafic record sur le Canal du Midi avec 110 millions de tonnes de marchandises transportées au kilomètre et près de 100000 passagers.
1935 :
l’arrivée sur les péniches de la propulsion à moteur met fin à 250 ans de traction animale.
1973 :
le Canal Latéral à la Garonne est porté au petit gabarit européen de 350 tonnes par l’allongement de ses écluses à 40 m et le recreusement des biefs.
1979 :
après une période de déclin, le trafic redevient significatif. Si les dernières péniches commerciales prennent leur retraite, la navigation de plaisance prend son essor.
7 décembre 1996 :
le Canal du Midi est classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco. Le certificat officiel précise que cette distinction "consacre la valeur universelle exceptionnelle d’un bien culturel ou naturel afin qu’il soit protégé au bénéfice de l’humanité".

Quelques chiffres

  • 241 km de Toulouse à l’étang de Thau,
  • 63 écluses,
  • 20 mètres de largeur,
  • 2 mètres de profondeur,
  • 58 mètres de dénivelé de Toulouse au seuil de Naurouze, 110 mètres du Seuil de Naurouze à Sète.

Le canal du midi se parcours à pied, à vélo ou sur péniche.

Parcs et loisirs - Les espaces verts privilégiés

Publié le 30 novembre -0001

La commune de Ramonville bénéficie d’un environnement naturel exceptionnel. Les espaces verts recouvrent près de 15 % du territoire de la commune - équilibrent la ville où ils sont le lieu de la vie.


Depuis le 6 février 2015, la commune est labellisée au niveau 1 de la Charte d’entretien des espaces publics.
Les coteaux de Ramonville constituent un espace végétalisé de nature et de loisirs très étendu et au relief prononcé. Sur le futur parc de loisirs des Crêtes, des équipements sportifs, un théâtre de verdure et des jardins familiaux doivent être aménagés sur 7 hectares.
La ferme et le parc de Cinquante, à l’est du Canal du Midi, représentent un ensemble de 28 hectares de prairie et d’espaces verts aménagés. Le site de cette ancienne métairie qui abrite les serres municipales, une ferme pédagogique et 50 jardins familiaux, est un véritable poumon vert au cœur de la commune aménagé pour la détente et les activités de loisirs (aire de jeux, aire de pique-nique, piste de bicross, piste de skate...).

Quelques chiffres :

  • environ 40 hectares d’espaces verts entretenus dont 18 à l’espace de Cinquante ;
  • 54 jardins familiaux ;
  • 11 zones aménagées pour les enfants Localisation ;
  • superficie des terrains de sport gazonnés : 4 hectares.

À voir - Le château de Soule

Publié le 30 novembre -0001

Acquis en 1999 par la municipalité, le château de Soule, composé d’une maison de maître du XVIIIe siècle et de ses dépendances, est un site remarquable entouré d’un parc de 3 ha, ouvert au public.


La réhabilitation du château a permis de redonner une forte identité à ce patrimoine communal. Il accueille aujourd'hui l'école de musique municipale, la crèche Firmin-Marbeau et un pôle d'animation associatif.
Le parc, ouvert au public, est propice aux balades et à la détente.


Le château Pailhès appartenait à une famille d’aristocrates de Ramonville, les Pailhès de Villemur qui portait, à la veille de la Révolution, le titre de seigneur de Ramonville. Sa représentante la plus illustre fut Jeanne-Anne de Bousquet. Épouse de Robert de Villemur, comte de Pailhès et seigneur de Ramonville, elle hérita des anciens domaines du roi, acheté en 1695 à Louis XIV par son ancêtre Balthazar de Boutaric, conseiller au parlement de Toulouse.
Construit par ce dernier, le château de Soule (ou encore château de la Comtesse, château Pailhès, propriété de Biradom) garde les traces de ce passé, comme le pigeonnier construit après 1718 qui porte encore le nom de Pigeonnier de la Comtesse.

Repenser la cohésion sociale de notre ville

Publié le 30 novembre -0001

Avec la conviction que l’amélioration du bien-être de toutes et tous passe par l’invention et la co-construction, avec les habitants, les partenaires et les acteurs de terrain, d’une nouvelle solidarité.
 Lire la suite du dossier du Var d'octobre 2016


ERRATUM horaires d’accueil
Hors vacances scolaires

  • Centre social Couleurs et Rencontres
    • Lundi, mardi : 9 h-12 h et 14 h-18 h
    • Mercredi : 9 h-12 h et 14 h-17 h
    • Jeudi : 14 h-17 h
    • Vendredi : 9 h-12 h et 14 h-17 h
      Accueils spécifiques :
      Café des possibles : mercredi 14 h-17 h
      Accueil réservé aux jeunes : mardi 18 h-19 h 30

  • CCAS
    • Lundi, mardi : 9 h-12 h 30 et 14 h-18 h
    • Mercredi : 9 h-12 h 30 et 14 h-17 h
    • Jeudi : 14 h-17 h
    • Vendredi : 9 h-17 h


Réduisez votre facture énergétique

Publié le 30 novembre -0001

Olivier Montier, conseiller Info Énergie, répond à nos questions.

- Pourquoi un salon de la Rénovation de l’Habitat à la fête de la Nature ?
O. Montier :
Le secteur du bâtiment étant le plus gros consommateur d’énergie en France, sensibiliser à la réduction des consommations d’énergie dans l’habitat contribue à la protection de la nature. Et il se trouve que la fête de la Nature de Ramonville a lieu le dernier jour de la fête nationale de l’Énergie (du 6 au 9 octobre).

- Que trouveront celles et ceux qui viendront visiter ce salon ?
O. Montier
: Nous allons reconstituer dans le bâtiment de la Ferme de Cinquante, le parcours en trois étapes de l’opération Renoval proposé à un particulier qui souhaite réaliser la rénovation énergétique de son logement.

Dans un premier espace, les conseillers Info Énergie vont aider les visiteurs à définir le ou les objectifs de leur projet (améliorer le confort, réduire les factures, adapter au vieillissement ou au handicap, lutter contre le changement climatique, etc.) et à obtenir le maximum d’aides financières.

Renoval étant un service public, les visiteurs ont l’assurance de disposer d’un accompagnement gratuit et objectif sur toutes les informations techniques, financières, juridiques ou architecturales nécessaires à leur projet.

Parfois, les éléments fournis par les visiteurs n’étant pas suffisants, il est nécessaire de faire un diagnostic plus approfondi notamment pour établir la pertinence thermique, technique et financière du projet : c’est l’objet du 2e espace du salon. Selon les situations, l’opération Renoval peut, par exemple, commanditer un bureau d’études pour réaliser un diagnostic dont le coût est en grande partie supporté par le Sicoval.

Enfin, le 3e pôle du salon rassemble quelques artisans partenaires de Rénoval. C’est l’étape pratique pour faire réaliser les travaux.

- Et après, plus de suivi ?
O. Montier :
Nous rencontrons les personnes après les travaux pour vérifier que leurs objectifs ont été atteints et éventuellement pour aller plus loin.

- Et pour les locataires ?
O. Montier
: Même sans travaux, nous leur conseillons des écogestes qui permettent de réaliser des économies très substantielles.

Opération Renoval

Publié le 30 novembre -0001

Face aux enjeux de l’énergie (approvisionnement, évolution des prix, épuisement des ressources, environnement), la France vise à instaurer un modèle plus robuste et plus durable : c’est la transition énergétique.

Les objectifs et les moyens d’action de cette mutation sont inscrits dans le droit par la loi de transition énergétique. Parmi les six principaux objectifs, l’un d’eux vise une réduction de 50 % des consommations en énergie d’ici 2050.

Et le secteur qui consomme le plus ? Le bâtiment. Avec 45 % de l’énergie consommée, et 20 % des émissions de gaz à effet de serre en 2013, c’est un gisement majeur d’économies d’énergie !

Dans ce contexte, le Plan de rénovation énergétique de l’habitat (PREH) vise la rénovation lourde de 500 000 logements/an d’ici 2017, soit 400/an à l’échelle du Sicoval.

En 2015, soutenu par l’Ademe, le Sicoval a lancé l’opération Rénoval : un service public pour aider les habitants à rénover leur logement, un guichet unique pour les accompagner à chaque étape de leurs projets en évitant le « parcours du combattant ».

C’est l’objectif de Rénoval : fournir gratuitement tous les outils d’une rénovation réussie !

05 61 73 38 81
Courriel

Chiens dangereux : une réglementation stricte

Publié le 30 novembre -0001

Pour les chiens des deux catégories :

  • la détention est soumise à une déclaration obligatoire en mairie (délivrance d’un permis de détention) ;
  • les mineurs, les majeurs en tutelle, les personnes condamnées pour un délit ou auxquelles la garde d’un animal a été retirée par un arrêté du maire ne peuvent détenir ce type de chiens ;
  • l’accès des chiens de la 1ère catégorie est interdit aux transports en commun, aux lieux publics et aux locaux ouverts au public. Dans ces mêmes lieux, les chiens de la 2e catégorie doivent être tenus en laisse par un majeur et muselés ;
  • sur la voie publique et dans les parties communes des immeubles collectifs, les chiens des deux catégories doivent être tenus en laisse par un majeur et muselés ;
  • tout chien doit porter un collier sur lequel sont inscrits le nom et l’adresse de son propriétaire. Pour les chiens de la 1ère catégorie, l’acquisition, la cession à titre onéreux ou gratuit, l’importation et l’introduction sur le territoire national sont interdites. Depuis le 8 janvier 2000, la stérilisation des animaux de cette catégorie est obligatoire.


Le Saviez-vous ?

Les chiens susceptibles d’être dangereux sont répartis en deux catégories :

  • 1ère catégorie : chiens d’attaque (issus de croisements, non inscrits à un livre généalogique reconnu par le ministère de l’Agriculture, dits pit-bulls et boer bulls)
  • 2e catégorie : chiens de garde et de défense (de race Staffordshire terrier, American Staffordshire terrier, Tosa).

Reportage France 2 Ramonville

Publié le 30 novembre -0001

En 10 ans, le paysage urbain ramonvillois a bien changé. La commune a vu se construire deux nouveaux quartiers et plus de 700 logements sociaux, passant de 11.4% à 20,9% d'habitats aux loyers modérés sur la ville.

L'objectif donné par l'État est de passer à 25% de HLM, ainsi à chaque nouveau projet immobilier, la municipalité veille à la création de logements sociaux.




Immobilier : la ville qui joue le jeu des HLM

<<  1 [23 4 5  >>